Le Mea Culpa de Zuckerberg sur l’affaire Cambridge Analytica

« C’est une rupture majeure de confiance et je suis vraiment désolé que cela soit arrivé. Nous avons la responsabilité de protéger les données des gens ». « Les développeurs n’ont pas le droit de partager des données sans le consentement des utilisateurs ». Hier soir, Mark Zuckerberg est enfin sorti de son silence à propos de l’exploitation abusive de dizaines de millions de données personnelles par Cambridge Analytica, une société de conseil en politique. Une affaire qui n’a pas ravie les utilisateurs, certains d’entre eux incitant à quitter le réseau social le plus célèbre au monde.

Ce qui passera, promet Zuckerberg, par une limitation de l’accès aux données personnelles par les applications tierces, dans lesquelles il faudra faire du tri. Cela passera aussi par un effort d’information aux utilisateurs dont les données auraient pu être utilisées sans leur consentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :