Le leadership féminin en islam

Le leadership est un terme emprunté à l’anglais, qui définit les aptitudes d’un individu à guider, influencer et inspirer un groupe de personnes, afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. Par contre de nos jours, c’est une qualité qui n’est encouragée que chez les hommes, car étant celui dominant, au détriment de la gent féminine.
Toutes les femmes seront d’accord avec moi : le leadership féminin est déjà assez victime de critiques venant de la gent masculine (ça ne peut être qu’eux d’ailleurs).
Bien sûr on nous sortira toujours la même disquette que nous entendons depuis Mathusalem : “laissez le leadership aux hommes, vous n’avez pas du pain mais la boulangerie sur la planche car c’est à vous de faire le ménage, la cuisine, s’occuper des enfants ainsi que du mari…”. Mais heureusement d’ailleurs que cela revient aux femmes, sinon quel chaos vous feriez !
Si en Islam on devrait parler de leadership, il n’y a pas meilleur exemple qu’Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle), la femme du Prophète (PSL). Sans parler de son parcours, son caractère rebelle (au vrai sens du terme), sa revendication durant toute sa vie des droits au nom de sa féminité, elle a toujours eu son mot à dire sur les affaires politiques de l’époque, ce qui fait qu’elle était souvent en désaccord avec les savants et les politiciens. Elle a même tenu à participer à une bataille d’hommes où, étant la seule femme présente, elle a su incarner un leadership politique. Par contre, c’est un fait qui a dérangé les hommes qui ont écrit cette histoire, et par conséquent, ont omis volontairement d’y mentionner Aicha et ont complètement banalisé cette prouesse. Sa maitrise du savoir religieux reste acceptable, mais se mêlait à la politique était une aberration d’après eux.
Et si on compare son caractère a celui de la femme moderne, nous pouvons bien parler d’émancipation et de leadership même si elle a vécu il y a plusieurs siècles de cela. Par contre il faut souligner un point assez important. Je suis avec vous Mesdames mais quand il s’agit de l’Islam, le leadership féminin n’a vraiment pas sa place d’être. Les femmes se manifestent de plus en plus pour prôner l’Egalité des sexes en montrant qu’elles savent aussi faire ce que les hommes arrivent à faire, qu’elles savent être des leaders. Je ne le nierai pas, la femme est exceptionnelle. Personnellement je dirai que le vrai problème qui se pose ce n’est pas tant le Coran en lui-même mais ce que l’on a fait de ce Coran à travers des siècles et des siècles de lecture et d’interprétations sexistes envers la femme. Il faut se dire la vérité, les hommes tirent sur l’ambulance aussi car ils sont à nous considérer comme le “sexe faible”. A croire qu’ils oublient que sans les “faibles” que nous sommes, ils se familiariseraient bien avec le début du monologue de Don Diego (Le Tartuffe, Molière): “O rage, O désespoir, O vieillesse ennemie”.

Par Soda Marième Ndiaye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :